7 pesnées sur “2087 de David Bry

  • 14/06/2012 à 21:26
    Permalien

    J’aime l’image de la lecture sournoise, très chouette ! :D

    Et sinon je trouve dommage le titre. Enfin j’ai pas lu, mais j’me dis que titrer l’année où ça se passe c’est d’un commun et que ça manque de punch et d’originalité, c’est un peu dommage.

    Enfin bref, on verra bien, j’tenterai p’tet s’il me tombe dans les mains un jour. :)

    Répondre
  • 16/06/2012 à 17:43
    Permalien

    Je dois dire que les joyeusetés mutantes que tu décris me refroidissent grandement ^^
    Après moi en revanche j’aime bien les titres comme ça x)

    Répondre
  • 18/06/2012 à 22:02
    Permalien

    Lyra > En fait maintenant, ton message me met mal à l’aise, parce que je me suis laissée aller à imaginer un autre truc pour ce roman, mais je ne trouve rien qui soit suffisamment caractéristique pour le définir. Du coup c’est un peu triste.
    Mais nommer les histoires a toujours été ma bête noire, rien n’est perdu.
    (bon, et cette dernière phrase veut dire « donnaLyraundecesquatre », je me trompe ? :p)

    Mélo > Oh, il ne faut pas, c’est du point de détail. Ça te fera grincer des dents comme moi au détour de la vingtaine de pages où ils apparaissent vraiment, et après ça passera ^^
    C’est le reste des éléments de la chronique qui est vraiment important, et là s’il y a quelque chose qui te pose vraiment problème… Ben c’est foutu :p

    Répondre
  • 19/06/2012 à 19:27
    Permalien

    Mais … Mais … Ils sont très bien mes mutants !!! :))
    Merci Sita d’avoir lu 2087, et merci beaucoup pour ta visite à la FNAC !!
    Amitiés
    David

    Répondre
  • 23/06/2012 à 10:10
    Permalien

    Le double vagin, tout de même, était-ce bien nécessaire ? :p
    Ce fut une rencontre très plaisante ! Failles a été commandé dans la foulée et patiente tranquillement sur ma table de nuit, et après avoir lu quelques chroniques, j’ai hâte de le commencer !

    Répondre
  • 27/06/2012 à 11:10
    Permalien

    Vu l’endroit où se trouve ce qu’il reste de ce mutant … pour moi, oui :). Mais je comprends ton point de vue !
    Cool pour Failles, merci ! J’espère qu’il te plaira. Tiens-moi au courant !
    David

    Répondre
  • 27/06/2012 à 14:37
    Permalien

    Ces « longueurs dans la présentation des personnages, villes et système » dont tu parles, me donnent l’impression d’être un voyeur. J’entre dans l’univers de David Bry un peu comme ces Psiliens pénétrant nos pensées.
    Et comme son héros Gabriel, l’auteur sait contrôler les informations transmises, pour nous faire avancer vers la chute…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.